Bygmalion: prison avec sursis et inéligibilité requis contre l’ex-maire de Saint-Maur

Le parquet de Créteil (Val-de-Marne) a requis lundi un an d’emprisonnement avec sursis et trois ans d’inéligibilité à l’encontre d’Henri Plagnol, l’ex-maire de Saint-Maur-des-Fossés, soupçonné d’avoir cautionné un système de fausses factures émanant d’une filiale de Bygmalion.

L’ancien édile divers droite (2008-2014), ex-secrétaire d’État, était poursuivi pour complicité de détournement de fonds publics et d’usage de faux. Des délits reprochés à trois de ses collaboratrices, contre lesquelles le parquet a réclamé de cinq mois et un an d’emprisonnement avec sursis.

En cause, un marché de communication passé entre la ville de Saint-Maur et l’agence Idéepôle, filiale de Bygmalion, qui a engendré l’édition d’une soixantaine de factures entre 2009 et 2013.

Parmi elles, six étaient litigieuses, pour presque 280.000 euros de dépenses douteuses. Les documents, que certains fonctionnaires refusaient de signer, concernaient des guides municipaux, facturés avec des surplus pour « frais d’urgence » ou de « conseil post-création » difficilement justifiables.

Le procès a reposé les questions de la polémique lancée en 2013 par l’actuel maire Les Républicains de Saint-Maur, Sylvain Berrios, alors conseiller municipal. Cet argent a-t-il servi à financer la campagne législative d’Henri Plagnol en 2012?

« Il n’y a pas eu d’enrichissement personnel », a jugé le parquet dans ses réquisitions. Mais « les actes commis ont conduit la mairie de Saint-Maur à payer des choses indues à la société Idéepôle », et le maire a « ignoré les alertes » de certains employés municipaux, a estimé la vice-procureure.

« Je n’ai jamais été associé de près ou de loin à la facturation d’Idéepole », s’est défendu Henri Plagnol.

Il a crié au complot politique, fomenté selon lui par son adjoint frondeur de l’époque, Sylvain Berrios. Ce dernier, copéiste au sein de l’ex-UMP, vient à l’époque de lui ravir son siège de député, et il prendra un an plus tard la mairie.

« Vous pensez vraiment que je vais remettre ma communication personnelle à cette société où gravitent des proches de Jean-François Copé ? », a lancé Henri Plagnol, en rappelant ses convictions « centristes » et son « désaccord profond et public avec la ligne Sarkozy-Copé » à l’UMP à l’époque.

Les sommes en jeu représentent « moins d’une demi-journée de la dépense publique de Saint-Maur » selon lui, et son rôle de maire « n’était pas d’éplucher les factures ».

Il a par ailleurs rappelé avoir passé son mandat de maire à « assainir les finances » d’une ville « gorgée d’emprunts toxiques », avec un endettement par habitant parmi les plus élevés de France.

Le parquet a également requis 15 mois d’emprisonnement, dont neuf avec sursis, contre Bastien Millot, le fondateur de Bygmalion, poursuivi pour recel de détournement de fonds. Et réclamé dix mois avec sursis contre un employé d’Idéepôle.

La société Bygmalion est également impliquée dans l’affaire des comptes de campagne de l’ancien président Nicolas Sarkozy.

LE FIGARO – Le Figaro – Le Flash Actu

Pologne : le gouvernement défie l’UE avec ses réformes de la justice

Varsovie mène depuis plusieurs mois des réformes controversées, visant à accroître le contrôle de l’exécutif sur le pouvoir judiciaire. L’opposition a dénoncé un « coup d’État » et des milliers de personnes se sont opposées à ces lois, qu’elles estiment préjudiciables à la démocratie. L’UE a même demandé le retrait de ces réformes et a menacé de sanctions. Le président Duda en a présenté ce lundi une version amendée, dans laquelle il verrait ses compétences renforcées sur la nomination des juges.
Europe – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24

Japon : Shinzo Abe annonce des élections législatives anticipées

Le Premier ministre japonais a annoncé lundi la tenue prochaine d’élections législatives anticipées. Objectif : prolonger son mandat, en pleine tension avec la Corée du Nord et à la veille de nouvelles mesures économiques.
Asie-Pacifique – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24

Trump en croisade contre les sportifs : « Rien à voir avec les questions raciales »

Les vitupérations de Donald Trump contre les sportifs afro-américains posant un genou à terre pendant l’hymne avant les matches n’ont « rien à voir avec les questions raciales », s’est défendu le président américain.
Amériques – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24

Les Kurdes d’Irak se prononcent sur leur indépendance, Bagdad et les pays voisins menacent

Les Kurdes d’Irak ont voté lundi sur leur indépendance à l’occasion d’un référendum qui risque d’accroître les tensions avec Bagdad. Le Parlement irakien a exigé l’envoi des troupes dans certaines zones disputées de la région.
Moyen-Orient – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara en garde à vue pour trahison

Arrêtée samedi avec sa mère et sa sœur, la Rwandaise Diane Rwigara était interrogée lundi pour « des infractions contre la sécurité de l’État ». L’opposante avait tenté de se présenter à la dernière présidentielle face à Paul Kagame.
Afrique – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24

Réforme de la zone euro : le vote allemand ne fait pas les affaires d’Emmanuel Macron

Les résultats des élections législatives allemandes, avec une possible coalition entre la CDU-CSU d’Angela Merkel, le FDP et Les Verts, ne sont pas une bonne nouvelle pour la réforme de la zone euro souhaitée par Emmanuel Macron.
Europe – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24

Pyongyang menace d’abattre des bombardiers américains

Les récents propos de Donald Trump sur la Corée du Nord constituent une « déclaration de guerre », affirme Pyongyang qui n’exclut pas de prendre « des mesures de riposte ». Washington juge « absurdes » les accusations du régime nord-coréen.
A la une – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24

Libye: les kadhafistes inclus dans le processus politique

L’envoyé spécial de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a estimé ce vendredi que les partisans de l’ancien régime kadhafiste pouvaient participer au processus politique, et a demandé à tous les pays impliqués dans le dossier d’agir sous le parapluie de l’ONU. « Les élections (parlementaires et présidentielle) qui sont le point d’arrivée du processus doivent être ouvertes à tout le monde », a souligné M. Salamé dans une interview à la chaîne de télévision France 24.

« Je veux que l’accord politique ne soit pas la propriété privée de tel ou tel. Ca peut inclure Saïf al-Islam (le fils de feu le colonel Kadhafi), ça peut inclure les partisans de l’ancien régime que je reçois ouvertement dans mon bureau », a ajouté l’émissaire onusien.

Interrogé sur la participation des « islamistes », il a fait valoir qu’il s’agissait d’une « famille très large ». « Si vous parlez des groupes violents, ils ne veulent pas jouer le jeu démocratique. Eux-mêmes s’excluent du jeu », a-t-il dit.

Ghassan Salamé, qui a pris ses fonctions en juillet, a présenté cette semaine sa feuille de route pour la Libye, plusieurs étapes institutionnelles avant d’arriver à des élections générales, « peut-être à l’été », a-t-il précisé. Le président français Emmanuel Macron, qui avait réuni en juillet près de Paris les deux frères ennemis libyens Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement de Tripoli reconnu internationalement, et Khalifa Haftar, homme fort de l’Est du pays, avait annoncé des élections pour le printemps 2018.

« Il faut créer les conditions pour ces élections, qu’on sache comment élire un président et quel pouvoir lui donner », a nuancé M. Salamé. « Première étape, on a besoin d’une loi électorale. Il n’y a jamais eu d’élection présidentielle en Libye. Il y a des questions à régler. Elire, c’est bien. Mais est-ce que M. Macron lui-même a été élu sans une loi électorale ? », a-t-il demandé. L’émissaire a également diplomatiquement mis en garde contre les initiatives non concertées émanant de pays préoccupés par le dossier libyen.

« J’espère qu’on reconnaîtra à l’ONU la primauté et que les initiatives qui se font de part et d’autre conflueront vers l’ONU. On ne peut pas interdire à un Etat membre de vouloir jouer le médiateur à droite ou à gauche, mais il faut que ce soit sous le parapluie de l’ONU », a-t-il souligné.

La Libye est un pays totalement fragmenté et en proie au chaos depuis la chute du colonel Kadhafi en 2011 à la suite d’une attaque aérienne américano-franco-britannique suivie d’une opération toujours aérienne de l’OTAN.

LE FIGARO – Le Figaro – Le Flash Actu

En images : la rédaction de France 24 espagnol à Bogota

France 24 a inauguré son site en espagnol jeudi. Depuis des mois, une rédaction jeune et cosmopolite basée à Bogota prépare le lancement de la chaîne le 26 septembre. Visite guidée, en images.
Amériques – France 24 – L’Actualité Internationale 24h/24